Qu'est-ce que l'Aplomb?

L’aplomb, “être sur l’axe”, c’est la posture correcte dans toutes les positions de la vie quotidienne.
C’est la position de relaxation maximale celle qui génère le moins de fatigue et que chaque personne a ou a eu et peut retrouver si elle est perdue, en toute circonstance de la vie.

Chaque espèce se stabilise quand elle a trouvé un certain aplomb, un certain équilibre dans la force de gravité et, quand elle sort de cet aplomb, elle se dégrade : l’équilibre osseux devient imparfait, le jeu naturel du système nerveux est perturbé, une sensation d’inconfort surgit apparemment sans cause.
Ce sont les causes probables de plusieurs de nos maladies telles que : douleurs au dos, au cou, à la hanche, au genou, au pied, aux épaules, fatigue oculaire, respiration courte et insuffisante, etc.

Actuellement, beaucoup de gens vivent avec le bassin légèrement tendu vers l’avant, c’est-à-dire en tension continue, tension à laquelle ils sont tellement habitués qu’ils ne la perçoivent plus.
Le retour “simple” vers l’axe, c’est à dire l’anté version du bassin,  est en soi une thérapie dont les effets bénéfiques sont inimaginables.
Cet axe est naturel pour nos grands-parents ou arrière-grands-parents est encore naturel pour toutes les personnes vivant dans une civilisation traditionnelle (Portugal, Italie du Sud, Inde, Afrique, Amérique du Sud, etc….) et aussi pour nos enfants jusqu’à quatre ou cinq ans.

Pendant les cours, les instructeurs étudient et analysent les problèmes posturaux inhérents à la vie quotidienne, au travail et au sport, dans le but d’éliminer les attitudes et postures incorrectes. Selon les besoins : exercices de renforcement, étirements.

Le concept

L’Aplomb est une rééducation naturelle des attitudes de la vie quotidienne par une étude approfondie de l’équilibre de l’être humain tel qu’il s’est constitué au cours des ans.

Que signifie le mot “aplomb” ? Quand l’employons nous dans le langage courant ?
On dit par exemple : “cette fenêtre est de guingois, elle n’est pas d’aplomb” ou encore : “cette table n’est pas d’aplomb, mets une cale sous un pied”. De quelqu’un qui “déraille” un peu, on dit qu’il n’est pas d’aplomb dans sa tête… Lorsque l’on est bien planté dans sa tête et sur ses deux pieds, que l’on est sûr de soi, le mot “aplomb” peut devenir péjorativement le synonyme de : “avoir du culot”. En effet, ne pas manquer d’aplomb c’est sentir sa base (la base du tronc) et ses arrières bien assurés.

Discourir de l’aplomb ne sert à rien, il faut aller observer des gens qui ne l’ont pas perdu : petit à petit rééduquer notre oeil, pour observer ceux qui offrent dans leur ensemble une allure et une noblesse d’homo-sapiens bien planté.
L’aplomb ne peut-être en aucun cas transmis par des mots – ni relever d’un enseignement universitaire classique. Il s’agit d’éveiller la sensation juste, une sensation de l’équilibre des poids et contre-poids de chaque os, muscle, obéissant à la gravité.
Les séances permettront de voir et sentir cet aplomb de l’être humain tout entier.

Historique

Comment s’est développé l’Aplomb ?
Noëlle PEREZ-CHRISTIAENS a commencé en 1959 à travailler le yoga avec B.K.S. Iyengar.
En 1976, au cours d’une session à Paris, il lui ouvre les yeux sur le fait que les Occidentaux ont le poids en avant, que leur dos se voûtent, qu’ils sont raides.
Visitant une exposition sur l’Égypte puis le musée Guimet, il attire son regard sur des statues anciennes : les unes semblent tomber dans une chute perpétuelle tandis que les autres sont comme tirées vers le haut.
Noëlle se met au travail et comprend qu’il y a là une piste essentielle pour aider les Occidentaux à retrouver les bases de leur équilibre physique, psychique et même spirituel, en s’ouvrant sur la beauté et la noblesse des personnes qui n’ont pas perdu l’aplomb.
Elle fonde, en 1978, l’Institut Supérieur d’Aplomb (ISA) et part avec son équipe sur différents ” terrains ” à la recherche de personnes qui sont encore d’aplomb pour les prendre comme exemple.
Elle remarque que chez un enfant qui commence à se mettre debout, tout s’organise instinctivement vers l’équilibre.

L’observation attentive révèle des trésors sur une autre façon d’être et de vivre. Cela conduit à s’observer soi-même et à travailler pour retrouver les fondements de l’aplomb.
L’aplomb est l’art d’être debout, d’être assis, de se mouvoir avec aisance, sans tensions. Il est la connaissance qui devrait être à la base du yoga, du taï-chi, de tous les sports, de la danse, etc. Sans cela, ces techniques risquent d’être sources de souffrances plutôt que de bien-être.
Les chercheurs de l’ISA apprennent aux élèves à sentir, à percevoir l’attitude juste, en développant l’observation et l’attention.

Certains élèves pourront devenir eux-mêmes des chercheurs de terrain et transmettre, à leur tour, le fil retrouvé de l’aplomb.
Des cours et des séminaires sont donnés à Paris, en Province et à l’étranger. Les élèves y découvrent l’aplomb du bassin, des pieds, de la colonne vertébrale et retrouvent une respiration naturelle, l’équilibre du système nerveux, une plus grande aisance, un bien-être et un approfondissement vers une spiritualité plus profonde.